Le forum des p'tits belges Index du Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
 
 
Mme Caillaux tire sur Gaston Calmette

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le forum des p'tits belges Index du Forum -> LE COIN DES CHRONIQUEURS -> Articles Culturels -> Histoire et Biographies
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Eilahtan
Expert
Expert

Hors ligne

Inscrit le: 12 Fév 2007
Messages: 9 691
Localisation: Lille
Anniversaire: 05/02/1960
Prénom: Nath

MessagePosté le: Lun 16 Mar 2009 - 12:42    Sujet du message: Mme Caillaux tire sur Gaston Calmette Répondre en citant

Le 16 mars 1914, Henriette Caillaux tue Gaston Calmette, le directeur du Figaro, par crainte que le passé sentimental de son couple soit étalé sur la place publique.

Ce coup de revolver est le premier d'une série de trois qui entraîneront la France et l'Europe dans la plus grande tragédie de leur Histoire. Le deuxième visera l'archiduc Ferdinand à Sarajevo, le 28 juin, et le troisième aura raison de Jean Jaurès à Paris, au café du Croissant, le 31 juillet de la même année.
Alban Dignat


Un crime malvenu





Mme Caillaux tire sur Gaston Calmette (couverture du Petit Journal) La femme élégante qui s'est présentée au Figaro et a demandé à voir le directeur est l'épouse de l'homme politique le plus en vue du moment. Elle est déprimée par une campagne qui vise son mari.

Depuis plusieurs mois, le Figaro publie au compte-goutte la correspondance privée de Joseph Caillaux, à l'instigation de ses ennemis politiques et dans la volonté évidente de détruire sa carrière.

Henriette craint par-dessus tout que le journal publie une lettre d'amour qui atteste de sa relation intime avec Joseph Caillaux du temps où elle était mariée à un autre homme et son mari encore en ménage avec sa première femme.

La criminelle sera acquittée la veille de l'entrée en guerre de la France contre l'Allemagne. Mais son geste aura empêché son mari d'accéder à la présidence du Conseil, autrement dit à la tête du gouvernement de la France.


Joseph Caillaux, un pacifiste de raison




Joseph Caillaux, député de Mamers (Sarthe), a 50 ans. Ce représentant de la droite parlementaire est un bourgeois arrogant, imbu de sa supériorité intellectuelle, qui cultive l'art de se rendre antipathique.

Joseph Caillaux (1863-1944)Fils d'un ancien ministre orléaniste, très riche, Caillaux se fait lui-même élire à Mamers sous l'étiquette du parti radical, autrement dit d'un parti de gauche !

Ministre des Finances dans plusieurs ministères dont celui de Georges Clemenceau, il introduit l'impôt sur le revenu. C'est une révolution même si son taux ne dépasse pas 4% !

Le nouvel impôt vient en complément des «quatre vieilles» : contributions foncière, mobilière, patente et impôt sur les portes et fenêtres. Ce dernier a disparu tandis que les autres ont changé de nom.

La patente est devenue taxe professionnelle, la contribution mobilière s'appelle taxe d'habitation et la contribution foncière est devenue taxe foncière.

Président du Conseil le 27 juin 1911, Joseph Caillaux use de son influence pour ajouter à son impôt la progressivité en fonction des revenus.

Cette réforme décisive fait l'objet d'un long marchandage. Elle est en définitive adoptée en 1913 en échange d'une prolongation du service militaire à 3 ans !

La guerre évitée

Le 1er juillet 1911, quelques semaines après l'accession de Caillaux à la Présidence du Conseil, éclate l'«incident d'Agadir». La France et l'Allemagne sont sur le point de se faire la guerre pour s'approprier le Maroc !

Joseph Caillaux négocie un compromis de la dernière chance. Il cède à l'Allemagne quelques territoires au Congo en échange du protectorat français sur le Maroc.

On date de cet «incident» la prise de conscience par l'ensemble des Européens d'une menace de guerre généralisée.

A posteriori, il apparaît que, sans la prudence de Joseph Caillaux, la Grande Guerre aurait pu se produire avec trois ans d'avance. À ce moment, notons-le, la France n'était manifestement pas prête, à la différence de l'Allemagne de l'empereur Guillaume II, qui avait devancé tous ses voisins dans la course aux armements...

Convaincu avec raison qu'une guerre ruinerait l'Europe, Joseph Caillaux plaide dès lors en toutes circonstances pour la paix, ce qui lui vaut d'être honni par une grande partie de la classe politique.


La guerre inéluctable


En 1914, au moment où se joue une nouvelle fois le destin de l'Europe, Joseph Caillaux est sur le point de devenir président du Conseil quand survient l'acte désespéré de sa femme. Il se consacre dès lors à la défense de celle-ci.

Le président de la République, Raymond Poincaré, n'est que trop heureux du mauvais coup porté à son rival. Surnommé «Poincaré-la-guerre», il n'a de cesse de préparer la «revanche».

Dès le début de la Grande Guerre, après l'attentat de Sarajevo, Joseph Caillaux partira avec sa femme pour de longs voyages à l'étranger. À son retour, le chef de la gauche radicale, Georges Clemenceau, qui figure au premier rang de ses ennemis, va tenter de le faire fusiller pour défaitisme et haute trahison.

Joseph Caillaux, en vrai animal politique, saura retrouver des postes ministériels après avoir connu le déshonneur et la prison, mais sa place dans l'Histoire aura été escamotée à jamais, en laissant le regret d'une guerre qui aurait pu être, sinon empêchée, du moins mieux conduite.



Bibliographie


Jean-Denis Bredin, historien, avocat et académicien, est à l'origine d'une biographie passionnante et très complète de ce personnage méconnu qu'est Joseph Caillaux (Joseph Caillaux, Hachette 1980).

Il s'est très largement inspiré dans cet ouvrage des travaux remarquables de Jean-Claude Allain, un universitaire spécialiste de Joseph Caillaux.



Hérodote.net


:part:
--------------------------------------------------------------
Nathalie



La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui
Article IV - déclaration des droits de l'homme et du citoyen 1789
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 16 Mar 2009 - 12:42    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le forum des p'tits belges Index du Forum -> LE COIN DES CHRONIQUEURS -> Articles Culturels -> Histoire et Biographies Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
 

^^( Design & Theme par kenzo5 )^^