Le forum des p'tits belges Index du Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
 
 
L'affaire Dominique Strauss Kahn

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le forum des p'tits belges Index du Forum -> LE COIN DES CHRONIQUEURS -> Articles Divers -> Politique - Religion - Chroniques judiciaires politico religieuse
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Grand Schtroumpf
Administrateur adjoint
Administrateur adjoint

Hors ligne

Inscrit le: 12 Fév 2007
Messages: 5 917
Localisation: Dinant (Belgique)
Anniversaire: 21/05/1947
Prénom: Gérard
Surnom: Gégé

MessagePosté le: Jeu 19 Mai 2011 - 07:29    Sujet du message: L'affaire Dominique Strauss Kahn Répondre en citant

L'affaire Dominique Strauss Kahn

L'addiction aux femmes et la tendance au harcèlement de DSK est bien connue des journalistes français. Mais une certaine France misogyne préfère occulter ces penchants pour valoriser l'image de Casanova des hommes de pouvoir. Décryptage.

«Il n'y a pas mort d'homme». La phrase est de Jack Lang. Elle n'est pas anodine. Lang, homme de gauche pourtant, minimise les agissements de DSK et appelle à la «décence» dans le traitement de cette affaire d'agression sexuelle. On plaint le monstre politique, humilié dans la pire prison de New York.

On se demande qui est la vraie victime? Pourquoi une telle frilosité des médias hexagonaux envers Strauss-Kahn? Pourquoi une telle omerta sur son penchant au harcèlement? Pourquoi un tel silence sur l'affaire Tristane Banon, qui a dû la fermer sur les tentatives de viol du futur candidat à la présidence de la République?

Selon Olivia Cattan, journaliste et présidente de l'association française Paroles de Femmes qui milite pour l'égalité hommes/femmes, la France politique et médiatique reste trop misogyne. Elle valorise les figures de Casanova auxquels elle pardonne tout. Et rit dans sa barbe virile de leurs «marivaudages»... Décryptage.

Olivia Cattan, dans cette affaire retentissante, vous souhaitez recentrer l'attention sur la vraie victime, qui n'est pas DSK...
On parle beaucoup de présomption d'innocence envers DSK. Mais on oublie surtout de présumer que la victime dit peut-être la vérité. Il faut la replacer au centre du débat. Je ne suis pas là pour juger Strauss-Kahn. Par contre, je suis heurtée par ce que cette affaire révèle sur la mentalité régnant en France concernant le droit des femmes.

Vous parlez d'une certaine omerta...
Les réactions du PS, de certains philosophes, d'analystes, mettent DSK dans le camp des victimes: «le pauvre, il est en prison». Quand Jack Lang dit, «y a pas mort d'homme», c'est scandaleux. Et quand Bernard-Henry Levy estime qu'on aurait dû «traiter l'affaire autrement», c'est consternant. Car alors quoi? Occulter? Permettre une justice à deux vitesses? Pour les pauvres et pour les copains? La France reste pétrie de préjugés sexistes: on n'y est pas tous égaux.

Les commentaires chargent d'ailleurs la victimes présumée...
On la suspecte de légèreté: «elle l'a peut-être aguiché, elle était provocante». J'ai même entendu qu'elle était musulmane. Et alors? On s'en fout! Qu'elle soit noire ou blanche, belle ou moche, qu'est-ce que ça peut faire?

Selon vous, c'est toute la société française qui adhère à ce schéma de pensée.
Je dirais plutôt un microcosme. Une petite élite de puissants, principalement masculine. Souvenez-vous de Mitterrand: il a fallu attendre sa mort pour que l'on apprenne sa double vie. La France est coutumière de ce genre d'occultations.

On parle d'ailleurs d'une «seconde affaire DSK» qui éclate seulement aujourd'hui.
L'affaire Tristane Banon, j'en ai entendu parler il y a des années. C'était bien connu dans le milieu journalistique. Tout le monde était au courant: il avait essayé de la violer. Il fallait écrire un article, ça devait sortir. Mais personne n'a osé. J'ai essayé de lui faire porter plainte et aujourd'hui, elle en parle. Mais à l'époque, on n'en parlait que dans les couloirs, comme d'un amusement.

Votre milieu, le milieur journalistique, minimisait les faits, parlait d'une tentative de viol comme d'un marivaudage?
Un badinage, oui. Mais un badinage malsain et voyeur, qu'on évoquait sourire en coin. Il lui avait dégrafé le soutien-gorge, quand même. Il a tenté de la violer!

Dans les rédactions, DSK traîne aussi une réputation de séducteur patenté.
Avant une interview avec DSK, il y a souvent des mises en garde. Même à moi, on m'a conseillé de me méfier. Mais le ton, chez les rédacteurs en chef masculins, est davantage goguenard que prévenant. En France, on aime les Casanova. Mais il ne faut pas confondre pouvoir et abus de pouvoir, séduction et harcèlement.

La France semble tenir à ces hommes à femmes. Il semble même de bon ton d'y valoriser les séducteurs.
Il suffit de regarder les interviews des Présidents aux journalistes féminins. Ils jouent de leur séduction pour accroître leur emprise et l'impact de leur discours. C'est typiquement français. Et pas du tout américain. C'est pourquoi les Américains ne comprennent pas la réaction des médias français à l'affaire DSK.

Vous êtes donc d'accord avec la vision anglo-saxonne de l'information: la vie privée d'un personnage public n'est plus privée.
Quand il y a des enjeux, comme une présidentielle, ça me paraît évident. On connaît le penchant de DSK, une fameuse tendance: on parle de harcèlement, d'addiction. L'occulter au profit d'une campagne présidentielle serait scandaleux. Sinon, comment encore permettre aux Français de retrouver la confiance en leurs dirigeants? On est déçu! Ces politiciens sont des modèles. Je le vois dans mon travail de sensibilisation dans les écoles ou les centres de détention pour mineurs où déjà, certains sont emprisonnés pour viols: comment inculquer le respect aux ados quand on entend qu'«il n'y a pas mort d'homme»!? On protège trop les coupables, on n'incite pas assez les victimes à porter plainte.

Vous suggérez qu'une telle affaire aurait été occultée en France?
Il y a beaucoup d'affaires en France, dans tous les milieux. On entendra encore parler de scandales de mœurs impliquant des politiques. Il suffit de voir combien l'affaire Tristane Banon a été accouchée dans la douleur.

Renversons le propos: DSK est au fond du trou, Sarkozy en pleine lumière. Le Président semble retourner les sondages et sa toute récente image de père y contribue. Mais n'utilise-t-il pas lui aussi sa femme, la réduisant au rôle de mère?
Je crois que Sarkozy a montré qu'il souhaitait s'engager pour la cause des femmes, même si ses actes tardent à suivre ses paroles. Son épouse quant à elle a un caractère bien trempé, même si son rôle de première dame la réduit au devoir de réserve. Et puis la famille, c'est quand même sacré. Être «mère» n'est plus un gros mot. On n'en est plus à la vision féministe de Simone De Beauvoir. D'ailleurs on a beaucoup reproché à Carla son passé sulfureux alors que Sarkozy est valorisé pour avoir aimé pas mal de femmes.

On en revient à ce sexisme français: la femme est une tentatrice, l'homme un Casanova.
De droite ou de gauche, le monde politique français est macho et misogyne. La parité est loin d'être atteinte à l'Assemblée nationale. Ce qui arrange tout le monde: il suffit de voir les amendes que payent les partis pour ne pas respecter cette parité. La France reste bien une société du patriarcat.


Source : Vers l'Avenir
--------------------------------------------------------------
.


Les personnes qui ne m'aiment pas ne me dérange pas, si moi je les dérange c'est leur problème !!

Si les gens qui disent du mal de moi savaient ce que je pense d'eux, ils en diraient encore bien davantage.

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 19 Mai 2011 - 07:29    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Bernard
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Fév 2007
Messages: 12 309
Localisation: Mouscron (Belgique)
Anniversaire: 21/05/1947
Prénom: Bernard
Surnom: Nanar

MessagePosté le: Jeu 19 Mai 2011 - 09:52    Sujet du message: L'affaire Dominique Strauss Kahn Répondre en citant

Bravo pour cet article
--------------------------------------------------------------
Bernard




J'ai été enfant de choeur et militant socialiste. C'est dire si j'en ai entendu des conneries... (Michel Audiard)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:15    Sujet du message: L'affaire Dominique Strauss Kahn

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le forum des p'tits belges Index du Forum -> LE COIN DES CHRONIQUEURS -> Articles Divers -> Politique - Religion - Chroniques judiciaires politico religieuse Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
 

^^( Design & Theme par kenzo5 )^^